JÉSUS, INCOMPRIS - PREMIÈRE PARTIE

 


Les Évangiles montrent que même les disciples de Jésus ne le comprenaient pas au début. Il était « de chair et de sang » (Hébreux 2:14) comme nous tous, il avait une famille, une profession, mais les disciples ont remarqué qu’il était différent. Ses attitudes, son discours, sa spiritualité et son pouvoir d’accomplir des miracles ont fait que les disciples le voyaient comme le Messie qui devait venir, mais pas exactement comme ils le pensaient.

Une nuit, alors qu’ils traversaient la mer de Galilée, Jésus dormait à l’arrière de la barque lorsqu’une grande tempête s’abattit, de sorte que les disciples désespéraient et le réveillèrent pour lui demander de l’aide. Alors Jésus réprimanda le vent et la fureur de la mer, et bientôt il y eut un grand calme. Quand les disciples le virent faire cela, ils furent étonnés et se dirent les uns aux autres : "Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer?" (Marc 4:35-41).

Mais cette incompréhension de la personne de Jésus ne se limitait pas aux seuls disciples. Un jour, il retourna à Nazareth dans la ville où il avait grandi, et alors qu’il prêchait dans la synagogue, beaucoup de ses compatriotes dirent : "D'où lui viennent ces choses? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et comment de tels miracles se font-ils par ses mains? N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon? et ses soeurs ne sont-elles pas ici parmi nous?"  (Marc 6:1-3).

Une autre fois, après qu’il eut accompli le miracle de multiplier cinq pains et deux petits poissons en une quantité suffisante pour nourrir la foule qui le suivait, le peuple dit : "Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde", et voulut le proclamer roi (Jean 6:14-15). Puis, après que Jésus eut fait un discours à cette même foule, le peuple se dit l’un à l’autre : "N'est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère... ?" (Jean 6:42).

De cette façon, on observe qu’ils voyaient en fait Jésus comme le roi à venir (Jean 1:35-42). Le fait est que, selon les récits des quatre évangiles, les disciples, comme tous les Juifs de cette époque, attendaient l’arrivée d’un Messie politico-nationaliste qui les libérerait de Rome et élèverait Israël à un statut de premier plan parmi les nations. Mais le problème est que Jésus ne s’est pas impliqué dans la politique.

Toute cette affaire autour de la personne de Jésus découlait du fait que, depuis l’époque du roi David, il y avait eu la prophétie du prophète Nathan, dans laquelle Dieu disait à ce roi : "Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés, ton trône sera pour toujours affermi" (2 Samuel 7:16). Par conséquent, à cette époque, lorsque Jésus est venu dans le monde, il y avait une très forte attente messianique en raison de l’insatisfaction croissante à l’égard de la domination romaine sur Israël.

Jésus était de la postérité de David (Luc 2:4 ; Romains 1:3 ; 2 Timothée 2:8), mais il ne se souciait pas de la situation terrestre d’Israël. Cette nation a été créée par Dieu (Genèse 12:1-2) pour que le Messie entre dans le monde et résolve le problème de l’humanité qui a été établi après le péché originel : la condamnation de la mort éternelle, d’une vie éternelle séparée du Créateur.

Cependant, depuis la période du règne, un processus de sécularisation a commencé en Israël et, par conséquent, ils ont développé cette notion de messie politico-nationaliste. Mais la messianité de Jésus était spirituelle. Jésus était Dieu, en la personne du Fils, qui est venu dans le monde pour sauver l’homme de la condamnation de la mort, en créant une nouvelle humanité et en établissant le Royaume éternel de Dieu. Dans le plan divin, c’est pourquoi le Messie viendrait dans le monde. C’est en ce sens que le royaume de David serait éternel (Psaume 89:30-38; Ésaïe 9:6,7).

Après 2 000 ans de culture chrétienne, Jésus-Christ reste incompris par l’humanité. Sa nature complexe, tout à fait humaine et admirablement divine, ne peut être comprise que spirituellement. C’est comme le Christ Lui-même l’a dit : "personne ne connaît qui est le Fils, si ce n'est le Père, ni qui est le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler" (Luc 10:22). Mais dans sa bonté, il dit : "Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués de porter vos fardeaux, et je vous donnerai du repos".

Antônio Maia – Ph. B. - M. Div.

Droits d'auteur réservés


Commentaires

Articles les plus consultés