MYTHE ET RÉVÉLATION

 



Nombreux sont ceux qui considèrent les premiers récits du livre de la Genèse comme des mythes. L'érudit, cependant, considère ce point de vue comme un simple réductionnisme. Ceux qui le pensent encourent cette idée fausse en raison de certaines similitudes entre ces récits bibliques et les mythes mésopotamiens. "Enuma Elish, par exemple, ressemble beaucoup au récit biblique de la création. L'épopée de Gilgames présente une grande ressemblance avec le déluge biblique. L'Epopée d'Atrahasis, quant à elle, présente des similitudes avec le récit de la Genèse 1 à 8 : création, rébellion, déluge. "[1]

Cependant, une étude plus approfondie de cette question révèle qu'elle est plus complexe qu'on pourrait le croire. Pour William La Sor, spécialiste de l'Ancien Testament, "ces similitudes ne prouvent rien de plus qu'une relation de genèse entre les récits bibliques et mésopotamiens. Les récits de la Genèse, dans leur forme actuelle, ne remontent pas aux traditions babyloniennes. Les preuves, même des correspondances étroites entre les récits du Déluge, ne laissent entrevoir qu'une influence diffuse d'un héritage culturel commun"[2].

Ces quelques correspondances sont insuffisantes pour affirmer que les récits initiaux de la Genèse sont des mythes. Le cadre mythologique se développe dans une direction différente du cadre biblique, dans un enchevêtrement de récits déconnectés, variant d'une culture à l'autre. Une étude plus détaillée de la littérature de la révélation divine et de la mythologie montre que cette hypothèse selon laquelle la révélation ne serait qu'un mythe ne tient pas. Il existe de forts contrastes de style et de contenu entre les deux. Les mythes présentent un langage confus et décousu, typique de la vision floue et intuitive. La Genèse, par contre, coule comme une poésie, ferme et avec la direction typique d'un auteur qui a maîtrisé la connaissance, et ce parce qu'elle lui a été révélée.

En ce qui concerne le contenu, le contraste est encore plus marqué. La Bible et la mythologie n'ont que quelques points de tangence ; le reste est un contenu propre. Ces points de contact, comme le dit La Sor, sont des souvenirs communs aux peuples, parce qu'ils les ont vécus ensemble, après la Chute, avant de se répandre sur la Terre. Ainsi, on comprend que les mythes ne sont que des formulations humaines pour expliquer le monde, car les êtres humains ont perdu leurs souvenirs d'avant le péché originel. Ne connaissant plus le monde de leur origine, les hommes imaginent un scénario polythéiste dans lequel les dieux ne sont que des forces de la nature. Ils mentent, volent, tuent et pratiquent la fornication. Plongés dans la souffrance et le désespoir, les hommes ne sont que des jouets entre leurs mains et n'existent que pour les servir.

Les récits de la Genèse, en revanche, constituent un contenu distinctif de la mythologie, puisqu'ils ont été révélés par le Créateur à un peuple qu'il a choisi. Ils parlent de l'origine de l'univers et de l'être humain comme de la création d'un Dieu unique, saint et omnipotent, qui existe séparément du monde qu'il crée. Contrairement à ce qui se passe dans la mythologie, l'homme apparaît, dans le récit biblique, comme le point culminant des actes créateurs et doté d'un honneur singulier. En plus d'avoir reçu l'image et la ressemblance de son Créateur, il vit en sa présence, dans un environnement de paix et d'harmonie. Cette difficulté à accepter la révélation divine, selon l'apôtre Paul, provient du fait qu'il existe aux yeux de l'homme déchu un voile qui l'empêche de la voir. Ce n'est que lorsque l'homme "se tourne vers le Seigneur, le voile est enlevé" et, alors, il commence à discerner les choses spirituelles (2Corinthiens 3.12-18).

Antônio Maia – M. Div.

Copyrights réservés

[1] MAIA, Antônio. O Homem Em Busca de Si. Amazon, São Paulo, 2017, p.52

[2] LASOR, William S. Introdução ao Antigo Testamento. Ed Vida Nova, São Paulo, 1999, p.21


Commentaires

Articles les plus consultés