LA FIN DE L'HISTOIRE

 


Jésus-Christ, d'innombrables fois dans ses discours, aborde des thèmes chers aux philosophes et sur lesquels ils réfléchissent, jusqu'à aujourd'hui, en quête de sens et de compréhension. Le Christ, cependant, les cite avec le naturel de celui qui a tout compris et sur qui il a tout pouvoir. Selon les Saintes Écritures, il le fait parce qu'il est Dieu (Jean 20:26-29 ; Romains 9:5 ; Philippiens 2:5,6 ; Tite 2:11-13). L'apôtre Paul affirme que le Christ est le mystère de Dieu et qu'"en lui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance" (Colossiens 2:3).

Dans l'une de ses dernières conversations avec ses disciples, par exemple, il leur ordonne d'aller dans le monde entier prêcher l'Évangile et leur donne l'assurance qu'il sera avec eux "jusqu'à la fin des temps" (Matthieu 28:16-20). On observe dans cette déclaration de Jésus, spécifiquement "fin des temps", une relation avec la question de l'Histoire, étudiée par les philosophes dans la Philosophie de l'Histoire. Qu'est-ce que l'histoire ? Quelle est sa sens ? Pour ces chercheurs, la compréhension de son "τέλος", c'est-à-dire de sa signification, constitue le cœur de cette problématique.

À ce sujet, dans son œuvre Cité de Dieu, Augustin d'Hippone (354-430) parle de la position des philosophes grecs qui admettaient l'existence de "circuits des temps, dans lesquels dans la nature les mêmes choses sont toujours renouvelées et répétées et, ainsi, comme ils l'affirment, se forme la texture intime des évolutions des siècles qui vont et viennent" [1]. En d'autres termes, pour les Grecs anciens, l'histoire était cyclique, une répétition des événements passés. Ils ont compris que "le monde présente comme nouvelles les mêmes choses, tant passées que futures" [2].

Augustin, cependant, ne sera pas d'accord avec les Grecs et apporte une nouvelle compréhension de l'histoire : elle n'est pas cyclique, mais linéaire avec un début, un milieu et une fin. Avec sa pensée ancrée dans l'Écriture chrétienne, il comprend que "le Christ est mort une seule fois pour nos péchés et, étant ressuscité des morts, il ne meurt plus et la mort n'aura plus de prise sur lui. Après la résurrection, nous serons avec le Seigneur pour toujours."[3] Ce que ce théologien et philosophe chrétien affirme, c'est que le "τέλος" de l'histoire est Dieu. Elle se situe dans la perspective que l'humanité a une origine divine, mais qu'elle en a été séparée par le péché originel, et qu'elle chemine maintenant dans le temps vers une réunion avec son Créateur lors du jugement final (Apocalypse 20:11-15).

Cette conception augustinienne de l'histoire a prévalu pendant près de mille ans, durant la Renaissance, une période de l'histoire européenne (14e-17e siècles) marquée par de profondes transformations culturelles, sociales, économiques, politiques et religieuses. À cette époque, les penseurs reprennent leur intérêt pour l'étude des classiques gréco-romains. Ainsi, l'Histoire est à nouveau comprise comme cyclique. Au 18e siècle, cependant, le siècle des Lumières, la compréhension linéaire de l'histoire revient en force grâce aux études des philosophes influents que sont Kant et Hegel. En raison de l'importance qu'ils accordent à la raison, ils abandonnent définitivement Dieu de cette réflexion et commencent à défendre l'idée que le "telos" de l'histoire est le progrès de l'humanité.

Mais au XXe siècle, cette conception entre en crise. Les deux guerres mondiales et l'instauration d'un monde marqué par de profondes inégalités sociales, même au milieu de grandes avancées scientifiques et technologiques vont conduire les penseurs à un désenchantement par rapport à cette proposition des Lumières. Les grands récits pour expliquer le monde ont commencé à être remis en question. Les savants du 20ème siècle concluront que l'histoire est athéologique, c'est-à-dire sans signification. Elle n'est que chaos, hasard, aléatoire et illogisme.

Ainsi, l'effort millénaire de l'homme pour comprendre le mystère de lui-même et du monde entre à nouveau en crise. Et l'humanité reste, à ce jour, sans comprendre la raison de son existence dans l'univers. Séparé de Dieu à cause du péché, l'homme s'obstine à chercher cette compréhension sans considérer Dieu dans cette réflexion. Or, supprimer Dieu du support de l'existence la rend absolument incompréhensible, puisque rien dans le monde n'est "causa sui", c'est-à-dire qu'il est la cause de lui-même. Tout existe et subsiste en Dieu. Telle est la thèse biblique, à tel point que l'Apôtre Paul, écrivant aux Colossiens, dit que, dans le Christ, tout a été créé et que Il est avant toutes choses, et en lui toutes les choses subsistent (1,15,16). On peut donc affirmer que l'intelligibilité de l'existence est fondée sur Dieu seul.

C'est pourquoi l'enseignement de Jésus-Christ, Fils de Dieu et Seigneur de l'Histoire, reste inébranlable. C'est la perspective de l'amour divin qui donne un sens à l'histoire. Cet amour a fait que Dieu lui-même, en la personne du Fils, est entré dans le temps et a ouvert à l'humanité un chemin de retour vers lui (Jean 1,1-14 ; Philippiens 2,1-11). Ce chemin, c'est lui-même, le Fils, qui est Dieu. C'est pourquoi la fin de l'Histoire est Dieu. Et c'est seulement dans l'Histoire que l'homme peut le rencontrer à nouveau, parce qu'à ce moment dont Jésus a parlé, c'est-à-dire à la "fin des temps", le caractère de la rencontre est celui du jugement, puisque, de même qu'il y a beaucoup de gens qui reconnaissent l'existence de Dieu et sa souveraineté sur le monde créé, il y en a aussi beaucoup qui le rejettent et nient son Être.

Antônio Maia - Ph.B, Me.Div

Copyrights réservés

[1] AGOSTINHO, Santo. A Cidade de Deus. Kindle Amazon, posição 10090.

[2] AGOSTINHO, Santo. A Cidade de Deus. Kindle Amazon, posição 10090.


Commentaires

Articles les plus consultés