DIEU ET LA PENSÉE HUMAINE



Que peut dire l'homme à propos de Dieu ? Cette question, de nature non seulement théologique mais aussi philosophique, peut être réfléchie à partir de la description que l'apôtre Jean fait du Créateur dans son œuvre Apocalypse. L'Apôtre a écrit : "Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis. Celui qui était assis avait l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine; et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude" (Apocalypse 4:2,3).

La "substance" de l'être de Dieu est donc du jaspe et du sardonyx ? De toute évidence, non. L'apôtre Jean lui-même a déclaré dans son évangile que Dieu est Esprit (Jean 4:24). Cependant, comme il ne savait pas comment décrire Dieu, il a alors déclaré qu'il était semblable à ces pierres précieuses. Jean le voit comme verdâtre et en même temps rougeâtre et transparent. C'est la description que cet apôtre a faite de Dieu sur la base de la vision qu'il a eue sur l'île de Patmos, vers l'an 95, l'année du Seigneur Jésus-Christ (Apocalypse 1,9). Que peut-on conclure de cette description johannique de l'être divin ?

D'abord que l'être humain ne peut rien dire de Dieu en dehors de ce que Lui-même a révélé à l'homme. Et il l'a fait, c'est-à-dire qu'il s'est révélé, de deux manières : une révélation naturelle, présente dans sa création, dans le monde physique ; et une autre révélation, dite spéciale, qui a eu lieu par son apparition à des hommes comme Abraham et Moïse (Genèse 12,1-9 ; Exode 3), puis par les prophètes qu'il a suscités parmi les Juifs et, enfin, par son entrée dans le monde en la personne du Fils, qui a reçu le nom de Jésus, le Christ.

Deuxièmement, et cette conclusion découle de la première, la syntaxe de la pensée humaine reçoit une influence directe de l'"existence" et donc de Dieu, puisque l'"existence" dans laquelle vivent les êtres humains a été établie par Lui, le Créateur. C'est pour cette raison que Jean parle de Dieu à partir d'éléments de sa propre "existence". C'est la raison qui permet de déduire que le Créateur n'est pas exactement tel que l'apôtre l'a décrit, bien que sa description montre un peu de la gloire et de la majesté divines.

Dieu est un mystère et dépasse l'entendement humain (Job 36:26). Il ne s'est révélé à l'homme que dans la mesure où l'homme peut le comprendre. Dans ce contexte, Paul parle d'une expérience spirituelle qu'il a vécue, au cours de laquelle "fut enlevé dans le paradis, et qu'il entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme d'exprimer" (2 Corinthiens 12, 2-4). C'est-à-dire que l'homme n'a pas une connaissance totale de Dieu et de son Royaume, mais seulement assez pour comprendre que cette "existence" terrestre n'est pas tout et qu'elle est contaminée par le mal. 

Cette relation entre l'"existence" et la pensée est si forte que toute la pensée humaine se déroule dans les sphères de la création divine. tout ce que l'homme pense a une influence sur ce qu'il voit et ressent dans le monde. On peut donc dire que tout ce que l'homme pense a son origine la plus profonde en Dieu. Ainsi, il n'y a rien d'original dans la pensée humaine. Même la pensée des grands philosophes grecs et de tous ceux qui leur ont succédé est influencée par des conceptions divines. Même la pensée athée qui affirme que "Dieu n'existe pas" trouve sa dépendance vis-à-vis de Dieu, car une telle affirmation n'a de sens que sur la prémisse que "Dieu existe".

Ainsi, il n'y a pas de domaine autonome dans la pensée humaine, car l'homme n'existe qu'en Dieu et à cause de Dieu. Même déchu, même séparé de Dieu à cause du péché originel, il dépend de Dieu. La vie qu'il vit n'est pas la sienne. Elle lui est accordée par le Créateur. Sa position anti-Dieu ne découle pas de sa propre pensée originale, mais d'un esprit créé par Dieu qui a été dominé par un esprit de rébellion qui s'est emparé de lui au moment du péché originel. Même ceux qui reconnaissent l'existence divine et le monde spirituel le font à partir de conceptions erronées et leur religiosité se résume à de l'idolâtrie.

L'homme sans Dieu est idolâtre. Il vénère la création, les éléments de la création et lui-même. Et il y a encore un autre aspect à considérer : selon l'apôtre Paul, "le dieu de ce siècle a aveuglé l'intelligence, afin qu'ils ne vissent pas briller la splendeur de l'Évangile de la gloire de Christ, qui est l'image de Dieu." (2 Corinthiens 4:4). C'est-à-dire que Satan, l'ange déchu, travaille constamment à éloigner l'homme de Dieu. Pour ces raisons, la pensée humaine déchue n'atteint pas le plan d'existence divin, son royaume de gloire et Dieu lui-même. 

L'apôtre Paul, cependant, affirme la possibilité, dans le Christ, pour l'homme déchu, de voir son esprit transformé au point d'élever des pensées non seulement du monde physique ou de l'imagination déchue, mais aussi des "régions célestes" (Ephésiens 1,20 ; 6,12) et du plan divin de l'"existence". Cela est possible par la repentance, c'est-à-dire l'attitude de l'homme déchu qui reconnaît sa condition de pécheur et s'abandonne totalement à Dieu. Cette attitude constitue ce que Jésus et les auteurs du Nouveau Testament appellent "metanoia", c'est-à-dire "changement d'avis" [1]. Se tourner vers Dieu produit en l'homme une nouvelle mentalité de vie, marquée par "un changement intérieur d'esprit, d'affections, de convictions et de loyautés enracinées dans la crainte de Dieu..." [2].

Ce renouvellement de l'esprit, dont parle l'apôtre Paul, favorise une vie alignée sur la volonté divine, corrigeant le problème causé dans l'être de l'homme par le péché originel (Romains 12,2). Dérivée de la foi en Christ, elle sauve la vision initiale de l'homme avant le péché originel, apportant la compréhension de la "réalité déchue" et un aperçu du Royaume de Dieu. Mais cette nouvelle vision du plan de l'existence spirituelle n'est pas complète, et pourtant elle apporte l'espoir d'une gloire future. L'Apôtre lui-même dit : "aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu" (1 Corinthiens 13,12). Pour tout cela, l'Apôtre affirme que le chrétien a "la pensée du Christ" (1 Corinthiens 2,16). Ainsi, avant le mystère du monde, l'homme, dans le Christ, a la possibilité de comprendre le mystère de lui-même.

Antônio Maia - Ph.B, MDiv

Direitos autorais reservados

GINGRICH, F. Wilbur e DANKER, Frederick W.. Léxico do Novo Testamento. São Paulo-SP, Ed Vida Nova, p.134, 2005.

KROMMINGA, C.G.. Enciclopédia Histórico Teológica da Fé Cristã. São Paulo-SP. Ed Vida Nova, p. 120, 2009.


Commentaires

Articles les plus consultés