DIEU EN QUÊTE DE L'HOMME


Au 17ème siècle, une pensée philosophique influente s'est développée chez certains philosophes anglais et français qui affirmaient, par la raison, l'existence de Dieu. Ce mouvement, qui a été appelé plus tard déisme, a trouvé un fort soutien dans les travaux d'éminents scientifiques de l'époque, tels que l'Italien Galileo Galilei (1564-1642) et l'Anglais Isaac Newton (1643-1727). Bien que cette doctrine philosophique ait la vertu de reconnaître que Dieu existe, elle n'en constitue pas moins un effort rationnel pour expliquer l'existence, ce monde dans lequel nous vivons. En fin de compte, son contenu a jeté les bases de l'athéisme moderne. Selon les déistes, Dieu a créé le monde, mais l'a ensuite laissé à ses mécanismes et n'y est plus intervenu.

Il est clair que le déisme a son importance " dans la recherche de la compréhension de l'homme dans le monde " [1], mais il est indéniable que la raison, le fondement sur lequel il repose, a ses limites et n'atteint pas toutes les instances de la question. Ainsi, il est évident que la portée de cette position philosophique est insuffisante pour expliquer pleinement ce qu'elle désire. Au final, il faudra avoir la foi pour accepter ses propositions. En contrepoint de la voie rationnelle, il y a la Révélation donnée par Dieu, d'abord à un homme de Mésopotamie (Abraham), puis à ses descendants qui l'ont consignée dans ce qu'on appelle aujourd'hui les Saintes Écritures, la Bible.  

En fait, lorsque nous observons l'humanité plongée dans la douleur et la souffrance, l'impression est qu'il n'y a pas de Dieu. Mais selon les Écritures, cet état de choses, que nous voyons dans le monde, n'a été établi qu'après la Chute, après que l'homme ait agi, pour la première fois, selon sa propre autorité et non celle de Dieu. Dieu, cependant, n'était pas indifférent : Il est venu en Eden pour parler avec l'homme et a décidé de l'en expulser parce qu'il avait perdu le droit de manger de "l'arbre de vie", symbole de la communion de l'homme avec Dieu, communion qui fournit les nutriments nécessaires à la vie de l'homme tel qu'il a été créé à l'origine (Genèse 3.9,22-24). C'était la première intervention divine dans l'humanité après la chute. 

Hors de l'Eden, loin de la présence de Dieu, l'homme est entré dans une nouvelle réalité d'existence : ce monde dans lequel nous vivons. Mais, selon les spécialistes, vers l'an 2 000 avant J.-C., YAHWEH est apparu, lui-même, à Abraham et, environ cinq cents ans plus tard, personnellement, à Moïse. Puis, au fil du temps, Il s'est révélé à des hommes juifs, les prophètes, posant les bases d'un événement plus grand : Son incarnation dans l'Histoire. Oui, à l'époque de César Auguste, empereur romain, et de Quirino, gouverneur de Syrie (Luc2,1,2), Dieu s'est fait homme et a marché parmi nous et, à la fin, a ouvert le chemin qui ramène l'homme à l'Eden, à un nouvel ordre mondial (Apocalypse 21,1-5) : sa mort et sa résurrection. Ces événements, la mort et la résurrection, marquent le point culminant de l'intervention divine dans le monde. 

Ainsi, lorsque nous voyons le monde dans lequel nous vivons, imprégné de souffrance, nous constatons qu'il n'y a rien de mal à cela, mais à l'homme. Le monde est beau, mais l'homme, loin de Dieu, l'a transformé en un lieu de souffrance. L'apôtre Pierre écrit dans sa deuxième lettre : "...par la même parole, les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies" (3.7). Selon les Écritures, le grand problème humain n'est pas matériel, mais spirituel. Dieu n'est pas indifférent au monde. Son mouvement vers l'homme a déjà résolu ce problème : sa damnation éternelle dans l'Hadès. Mais l'homme doit s'approprier cette solution en s'approchant de Dieu, par la foi, dans le sacrifice de son Fils, Jésus-Christ.

Antônio Maia – Ph.B., M.Div.

Copyright réservés

[1] MAIA, Antônio. O Homem Em Busca de Si – Reflexões Sobre a Condição Humana na Parábola do Filho Pródigo.


Commentaires

Articles les plus consultés