LES MIRACLES DE JÉSUS

 



Plusieurs prophètes de l'Ancien Testament ont accompli des miracles au cours de leur ministère. Moïse, par exemple, a fait jaillir l'eau d'un rocher pour étancher la soif du peuple du désert (Exode 17.1-7) et le prophète Élie a ressuscité le fils d'une veuve (1Rois 17.7-24). Cependant, personne n'a fait autant de miracles que Jésus. À cet égard, les commentateurs de la Bible New International Version ont répertorié, dans les évangiles, 35 miracles que Jésus a accomplis pendant son travail en Israël. Et ce ne sont pas de simples miracles, puisqu'ils vont de la guérison des lépreux, des paralytiques, des aveugles à la résurrection des morts[1].

Cet aspect de l'action du Christ dérange de nombreuses personnes qui, en raison d'une vision rationnelle du monde, ne croient pas aux miracles. Pour Kant, par exemple, "les passages de la Bible qui semblaient transgresser les limites de la crédibilité rationnelle devaient être interprétés de manière allégorique plutôt que littérale, et servaient à fournir des incitations à ce qui était, par essence, des idéaux moraux". En d'autres termes, ce philosophe allemand a annulé, dans son œuvre, le caractère transcendant du christianisme et l'a réduit à une religion qui prêche les bonnes mœurs. Cependant, le philosophe chrétien danois Kierkegaard n'était pas d'accord avec Kant, car il considérait comme "nécessaire l'absence de preuve rationnelle" pour les miracles, puisque "le christianisme est intrinsèquement paradoxal et résistant à la raison humaine".

Les miracles sont des altérations de la réalité concrète, d'ordre spirituel, qui violent les lois naturelles du monde et ne peuvent être expliquées par la raison humaine. Ce sont des preuves de la divinité du Christ qui montrent qu'il avait le pouvoir sur la maladie (guérison), sur les êtres spirituels des ténèbres (exorcisme), sur la physis, c'est-à-dire la nature (marcher sur l'eau, calmer les tempêtes, multiplier les pains) et sur la mort (résurrection des morts). Je cite également que Jésus-Christ avait, pourtant, un pouvoir bien plus excellent que les précédents : le pouvoir de pardonner les péchés (Matthieu 9.2,6).

Jésus n'était pas un moraliste et le christianisme n'est pas une construction humaine, une religion inventée par l'homme pour apporter une grande morale à l'humanité. Il s'agit plutôt de l'entrée de Dieu dans le monde pour restaurer en l'homme sa condition originelle de perfection perdue dans la Chute. Ainsi, les miracles que Jésus a accomplis étaient inévitables en raison de sa nature divine et de sa compassion pour les êtres humains plongés dans la souffrance. Jean écrit que lorsque Jésus a levé les yeux et vu la foule qui le suivait, il a été ému et a décidé de les nourrir, ce qui a donné lieu à la première multiplication des pains (6.1-15).  

Même après sa mort, Jésus a continué à faire des miracles par l'intermédiaire de ses apôtres et de ses disciples. Les Actes des Apôtres, chapitre 3, par exemple, montrent Pierre guérissant, au nom de Jésus, un infirme de naissance, qui était toujours à la porte du temple. Paul a aussi, à Troas, ressuscité un jeune homme nommé Eutychus (Actes 20.7-12). Aujourd'hui encore, dans la société scientifique et technologique dans laquelle nous vivons, les miracles de Dieu se produisent dans la vie de ceux qui, plongés dans la douleur, la souffrance et l'angoisse, mettent leur confiance en Dieu et réclament un miracle.

Mais ce serait une grave erreur de penser que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est venu dans le monde pour faire des miracles. Jean raconte dans son Évangile un épisode où il s'est rendu à une piscine appelée Bethesda, à Jérusalem, où de nombreux malades et invalides attendaient un miracle. En voyant ces gens, il n'a guéri qu'un seul homme, pas tous (5.1-15). L'évangéliste Jean fait toujours référence aux miracles de Jésus comme à des " signes " qui indiquent quelque chose de plus grand : le royaume de Dieu. Les miracles de Jésus sont des aperçus du royaume qu'il est venu établir.Un royaume où Dieu essuiera toute larme des yeux des hommes. "Il n'y aura plus ni mort, ni tristesse, ni cri, ni douleur, car l'ordre ancien a disparu" (Apocalypse 21.4).

Antônio Maia – M.Div

Direitos autorais reservador

[1] Bíblia Nova Versão Internacional. São Paulo, Ed Vida, p.1790

[2] GARDINER, Patrick. Kierkegaard. São Paulo, Edições Loyola, p.31

[3] Idem


Commentaires

Articles les plus consultés