APRÈS LA MORT - PARTIE II

 


Comme nous l'avons vu dans la première partie de cette étude, selon l'Écriture, après la mort, l'être humain continue d'exister dans d'autres conditions. Il est soumis à un jugement immédiat dans lequel sa destinée éternelle est définie. Dans cette nouvelle existence, comme cela a été démontré, l'être humain est conscient de son être et de son histoire. Ceux qui ont cru à la prédication du Christ vivront dans la présence divine et les non-chrétiens passeront l'éternité dans un lieu de tourments et d'angoisse, séparés de leur Créateur. 

Pourquoi l'Écriture Sainte affirme-t-elle que les non-chrétiens vivront dans une souffrance éternelle ? Selon la Genèse, l'homme est un ensemble de matière et d'esprit, mystérieusement unis (2,7). Au moment de la Chute, c'est-à-dire au moment du péché originel, ces constituants de l'être humain ont été décomposés et ont perdu leurs caractéristiques initiales. L'esprit s'est déconnecté de sa source de vie, Dieu ; et le corps s'est transformé en un teint qui ne peut être maintenu dans le temps, progressant sur une trajectoire qui culmine dans sa désintégration (Genèse 3).

Notons donc que le péché originel a engendré chez l'homme une condition d'existence éloignée de Dieu et a altéré son être de telle sorte que, par ses efforts, il ne peut revenir à sa condition initiale. C'est pourquoi Dieu a donné sa Loi à l'homme. La loi est le style de vie de l'homme originel. Si l'homme réussit à la respecter, il est reconnecté à Dieu et sauvé de cette condition de décadence qui s'est établie lorsque le premier homme a péché. Mais, à cause du péché, l'homme ne peut pas la garder (Galates 2:15,16,21) et, s'il traverse la mort physique dans cet état, il restera éternellement séparé de Dieu (Romains 3:23 ; Genèse 2:17).

Dieu, alors, dans son grand amour pour l'homme, a envoyé son Fils pour l'aider à sortir de cette situation. Le Fils a quitté sa condition de Dieu, s'est fait homme et a accompli la Loi divine pendant sa vie sur terre. À propos de la Loi, Jésus a dit : "ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir" (Matthieu 4:17). Et cela n'a pas été facile, car l'auteur des Hébreux a écrit qu'Il "a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché" (4,15). Selon Paul, Il a vécu ainsi, saint, afin que les justes exigences de la loi soient pleinement satisfaites chez ceux qui remettent leur vie au Christ en cherchant une solution pour leur esprit et leur corps, altérés par la chute (Romains 8:4).

Le Christ est la solution de Dieu au problème spirituel de l'homme. C'est pourquoi l'apôtre Paul dit que "si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature... Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ" (2 Corinthiens 5:17,18). Celui qui reçoit le Christ comme Seigneur et Sauveur renaît, spirituellement, à la vie avec Dieu (Jean 3,1-8). Mais son corps continue vers la mort. Cependant, il a la promesse de la "rédemption du corps" (Romains 8:23) qui aura lieu lors de la résurrection des morts. A ce sujet, écrivant aux Philippiens, Paul dit que le Christ "transformera nos corps humbles, les rendant semblables à son corps glorieux" (3,21).

Il est cependant frappant de constater que l'Écriture Sainte ne dit rien de ces choses en ce qui concerne ceux qui ne suivent pas le Christ. Ceux qui ne croient pas au Christ, ceux qui méprisent Dieu, ceux qui croient en d'autres dieux et les suivent, ceux qui comprennent que tout n'est que matière, à cause de ces positions, ne relient pas leur esprit à Dieu dans cette vie. L'esprit de ces personnes ne renaît pas à Dieu et ainsi elles passent à la vie après la mort dans la condition d'être séparées du Créateur et pour cette raison elles vivront une existence d'angoisse et sans sens.

Ils n'auront pas non plus la "rédemption du corps" dont parle l'Apôtre Paul. Cet Apôtre, dans sa deuxième lettre aux Corinthiens, parle de cette question du corps humain. Il commente la satisfaction du chrétien de savoir qu'à sa mort, il recevra un corps glorieux qui s'unira à son esprit, devenant ainsi un être apte à vivre pleinement avec Dieu dans sa gloire. Mais l'apôtre commente aussi le danger que courent les gens qui meurent et deviennent de simples esprits sans corps. Il dit que notre corps terrestre nous fait gémir et soupirer, c'est-à-dire souffrir, mais nous n'aimerions pas penser à mourir et à ne pas avoir de corps dans la prochaine vie (2 Corinthiens 5,3.4).

Ce texte paulinien donne l'impression que le non-chrétien passera l'éternité comme un être humain incomplet, doté seulement d'un esprit déchu et sans corps, puisque le corps actuel se désintégrera dans la tombe. Il y a là un mystère. S'il en est ainsi, c'est une terrible condition d'existence, car la vie humaine n'est possible que dans l'intégralité du corps et de l'esprit. C'est dans l'esprit que se trouvent les rêves et les désirs, mais ceux-ci ne peuvent se réaliser qu'avec la participation du corps. Ainsi, séparé de Dieu et sans corps, il ne reste à l'homme déchu qu'à vivre dans l'angoisse de rêves et de désirs inassouvis. Une existence sans sens, sans but, sans définition et sans paix ni satisfaction.  

Antônio Maia – Ph. B., M. Div  

Copyrights réservés



Commentaires

Articles les plus consultés