ISRAËL ET LA RÉVÉLATION DIVINE

 



Il est vrai que Dieu, le Créateur, s'est révélé à Israël et à aucune autre nation. Ce fait est un motif d'honneur. Être le peuple par lequel la Révélation divine est entrée dans le monde est quelque chose de sublime. Oui, Israël est le "trésor personnel" de Dieu (Exode 19,5), non pas parce qu'il est meilleur que les autres nations, mais parce qu'Il l'a voulu ainsi, c'est-à-dire à cause de Sa grâce et de Son amour pour ce peuple. À tel point que Moïse a déclaré que Dieu donnerait à Israël une position de gloire, de renommée et d'honneur bien au-dessus de toutes les nations (Deutéronome26.19). Non pas dans un sens séculier, mais dans un sens spirituel : "vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte" (Exode19.6).

Mais ils n'ont pas compris cette parole de Moïse et ils se sont sécularisés. Ils ont quitté Dieu des yeux et ont commencé à regarder les autres nations, voulant être comme elles. Rejetant la théocratie, ils ont demandé un roi, une monarchie. Le prophète Samuel est attristé, mais Dieu lui dit : "Écoute la voix du peuple dans tout ce qu'il te dira; car ce n'est pas toi qu'ils rejettent, c'est moi qu'ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux. Ils agissent à ton égard comme ils ont toujours agi depuis que je les ai fait monter d'Égypte jusqu'à ce jour; ils m'ont abandonné, pour servir d'autres dieux" (1Samuel8.4-8). Israël s'est donc structuré comme les autres peuples, y compris sur le plan religieux. 

Ils ont fait de la Révélation divine une religion dont le centre était la vie du temple érigé par Salomon. Ils pensaient pouvoir domestiquer Yahvé pour en faire leur Dieu privé, le limitant à leurs interprétations. Mais le Seigneur n'y a pas consenti, au point qu'il a permis que le temple soit détruit deux fois et qu'une mosquée musulmane soit construite sur ses ruines. Jésus lui-même a consacré tout son ministère à un processus de déconstruction de cette religiosité. Au lieu d'aller vers les nations pour annoncer Yahvé, ils se sont repliés sur eux-mêmes.

Cette idée de s'approprier la Révélation divine pour soi, et de ne pas la partager avec d'autres peuples, est devenue si forte en Israël que les archéologues ont trouvé dans les ruines du temple, sur le mur qui séparait la cour des femmes de la zone où les Gentils (non-juifs) pourraient rester, deux occurrences de l'inscription suivante : "aucun étranger ne doit entrer dans la cour ni passer par la balustrade autour du sanctuaire. Celui qui sera pris sera coupable de sa mort ultérieure"[1]. La personne non juive n'avait pas le droit d'entrer dans le temple pour adorer. Mais Dieu se soucie de toutes les nations, à tel point qu'il a ordonné à Pierre d'évangéliser le capitaine romain Corneille et que Jésus n'a pas refusé de faire un miracle à une Cananéenne, et qu'il a en outre ordonné aux disciples de porter l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre (Matthieu 24:14 ; Actes 1:8).

Il n'y a aucun problème avec les temples, ni avec les rituels, tant que nous ne les idolâtrons pas. Dieu a permis la construction du temple de Jérusalem et a donné des conseils quant à la liturgie du culte. Mais ces choses ne sont que des représentations extérieures de la foi. Notre dévotion envers eux ne peut être plus grande qu'envers Dieu. L'apôtre Paul, écrivant aux Corinthiens, a dit que nous sommes le temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 6.19). Nous devons construire un autel à Dieu dans nos cœurs et nos esprits afin que notre vie soit un culte constant pour Lui. Nous serons alors, comme l'a dit Jésus, la lumière dans les ténèbres et le sel dans le monde (Matthieu 5.13,14).

L'expérience d'Israël est semblable à celle du prophète Jonas qui, ayant reçu de Dieu la mission de se rendre à Ninive pour y prêcher le salut divin, n'a pas obéi et a pris une autre destination. Mais Dieu lui a permis de traverser l'adversité et l'a ensuite conduit dans cette ville, où il a annoncé le Seigneur et tout Ninive s'est converti. La nation israélite d'aujourd'hui est loin de Dieu, mais le Seigneur ne l'a pas rejetée. L'apôtre Paul a dit qu'un temps viendra où tout Israël sera sauvé (Romains11.26). Ainsi, Israël, le peuple élu, sera en première ligne de la lutte spirituelle, dans la Grande Tribulation, honorant Dieu par son témoignage et son sacrifice, ainsi que les multitudes de tous les peuples, tribus, langues et nations qui se sont livrés à Dieu, c'est-à-dire l'Église (Apocalypse 7).

Antônio Maia – Ph.B., M. Div.

Copyrights réservés

SCOTT. J. Julius. Origens Judaicas do Novo Testamento. Um Estudo do Judaísmo Intertestamentário. Shedd Publicações, 2017 p.51


Commentaires

Articles les plus consultés